Mes premiers pas dans l’univers de Stories Matter

Publié par Sandra Gasana

Je profite de cet espace pour vous faire part de mes premières impressions concernant mon utilisation de l’outil Stories Matter (SM). Après quelques formations données par Erin Jessee, j’ai finalement cerné l’instrument et toutes ses subtilités.

Avant de débuter, j’ai d’abord lu toute la documentation concernant SM sur Basecamp (une autre utilité de Basecamp). Ces documents étaient plutôt théoriques mais j’avais hâte de passer à l’aspect pratique de la chose. Mais concrètement, comment ça fonctionne en réalité ?

Une autre étape est venue s’insérer avant cela : il fallait avant tout traduire certaines sections du projet (groupe Cambodge, Haïti, Grands Lacs) afin de rendre l’environnement bilingue. Une fois cela fait, Erin a entré les noms de tous les interviewés en fonction de leur groupe de travail. SM était enfin prêt à accueillir nos entrevues.

Première étape : il fallait importer les fichiers (dans ce cas, clips vidéo) dans SM. Heureusement, l’outil de conversion rédigé par Claudia Gama lorsqu’elle était membre du projet, m’a été d’une grande utilité. Ce document explique toutes les étapes de conversion pour passer d’un format .avi au format .flv. Cela prend malheureusement beaucoup de temps (environ 6 heures pour une entrevue de 2 heures) et c’est fait en fin de journée pour pouvoir travailler avec le lendemain.

Ensuite, j’ai commencé à entrer les entrevues du groupe des Grands Lacs d’Afrique ainsi que du groupe de travail en Éducation pour Erin. J’en suis à ma deuxième entrevue et je vois déjà certains “patterns” qui ressortent de ces deux entrevues. En effet, les deux entrevues sur lesquelles j’ai travaillé sont avec des personnes venant de la même région du Rwanda. Je trouve déjà des parallèles très intéressants, ce qui permettra d’accroître nos thèmes d’indexation. Dans le document d’Erin sur les lignes directrices de la base de données SM, on y trouve une liste de termes d’indexation de base. Ce sera aux groupes de travail respectifs de compléter cette liste avec des termes plus spécifiques à eux.

Les chronologies peuvent aider à la construction de la base de données. Nous avons récemment demandé à nos stagiaires d’indiquer les mots-clés pertinents, après chaque réponse d’interviewés, en se basant sur la liste établie par Erin. Pour le moment, cela fonctionne très bien et nous facilite la tâche.

This entry was posted in Development Blog and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.