| 
 

Accessibility Tools

Breadcrumb

 

Éthique

 

ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE

Par Steven High

Le partenariat de recherche communauté-université fonctionne en accord avec les principes définis par les comités d’éthique des universités canadiennes, que l’on retrouve dans « Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains ». Avant toute entrevue, la faculté et les étudiants doivent obtenir l’approbation du comité d’éthique de leur établissement. Les chercheurs qui souhaitent mener des entrevues au sein de communautés autochtones doivent de plus se soumettre aux comités d’éthique de ces communautés hôtes. L'éthique est au cœur de la théorie et de la pratique de l'histoire orale. Cette discipline nous invite à repenser les pratiques académiques dominantes et à favoriser une approche qui vise à apprendre avec au lieu d'apprendre sur. Ce type de collaboration implique un processus de dialogue et de partage constant. Il repose sur le développement de relations de confiance et une prise de décision partagée. « L’engagement à partager l’autorité est un début, pas une destination » observe Michael Frisch, et « le début d’un processus de découverte sociale et personnelle nécessairement complexe. Il n’y pas de réponse toute faite ni de leçon facile à tirer. » Faire de l’histoire orale est un travail de longue haleine.

Trois principes sont au cœur de cette réflexion sur l’éthique en histoire orale : le consentement éclairé, l’atténuation du préjudice et le droit de rétractation.

Le consentement éclairé

Il est primordial que les interviewés comprennent le projet de recherche et qu’ils soient informés du devenir des enregistrements et de leurs témoignages. Ils pourront ainsi formuler un choix éclairé quant aux termes de leur participation. La question de la diffusion est au cœur de l’éthique, notamment l’accès des témoignages à d’autres chercheurs. En général, un formulaire de consentement écrit (voir l’exemple) atteste que le choix du participant sera respecté. Au CHORN, nos formulaires de consentement concernent plutôt les droits d’utilisation que les droits d’auteur. C’est une distinction importante qui doit être prise en compte par les deux parties, interviewé et chercheur, lorsqu’ils signent l’accord. Deux copies doivent être signées afin d’en laisser une avec l’interviewé. La signature du formulaire a lieu au début de l'entrevue, avant tout enregistrement. Toutefois il est utile d’y revenir à la fin pour s’assurer que l’interviewé est toujours à l’aise avec son choix. De plus en plus fréquemment, les chercheurs en histoire orale explorent également de nouvelles manières de négocier en continu le consentement des interviewés, au-delà du formulaire écrit.

L’atténuation du préjudice

L’évocation du passé s’avère parfois douloureuse et perturbante pour les participants. Les chercheurs peuvent également être affectés par l’écoute des témoignages. La publication, la réinterprétation et la diffusion de sa propre histoire peut être une expérience bouleversante pour les personnes qui témoignent.

Pour répondre à ces difficultés éventuelles, les chercheurs sont invités à mettre à disposition une liste des aides disponibles : travailleurs sociaux, conseillers, psychologues (pour une assistance téléphonique, du soutien communautaire ou une aide de l’université). Ces contacts peuvent être automatiquement joints au formulaire de consentement qui sera remis à l’interviewé afin de normaliser cette pratique à ses yeux.

Par ailleurs, les choix méthodologiques du chercheur doivent être pensés dans la perspective d’apporter un soutien supplémentaire. Par exemple, le fait de prévoir plusieurs entrevues avec la même personne, et donc de garantir une visite prochaine, est généralement rassurant pour l’interviewé. Il est crucial de lui faire sentir que n’êtes pas juste venu chercher des informations utiles pour votre recherche. Au CHORN, un mot de remerciement et une copie de l’enregistrement sont remis à chaque personne interviewée. Si les interviewés ont fait le choix de rester anonymes, cela doit absolument être respecté. Des cas de procédures juridiques dans lesquelles la police ou les tribunaux ont cherché à accéder à des témoignages « clos » ou anonymes ont été observés aux États-Unis et au Canada ces dernières années. Le CHORN suggère donc aux chercheurs de transcrire les entrevues anonymes et d’envoyer les transcriptions éditées aux interviewés afin qu’ils puissent éventuellement supprimer des passages qui leur portent préjudice, avant que ceux-ci ne tombent dans le domaine public. Les entrevue originales doivent ensuite être détruites.  

Droit de rétractation

Le participant a le droit de mettre fin à l'entrevue à tout moment et peut demander à ce que l’enregistrement de son témoignage soit détruit. Ce droit doit être évoqué avec les interviewés avant l'entrevue et doit être mentionné dans le formulaire de consentement. Les interviewés ont également le droit de demander à modifier leur témoignage ou les termes de sa diffusion. Toutefois, en pratique, cela ne s’applique pas rétroactivement mais concerne un usage ultérieur.

En plus des comités d’éthique de l’université, le Département d’Histoire a adopté son propre code déontologique. Vous pouvez le consulter sur le site du Département d’Histoire. Si vous êtes étudiant en histoire à l’Université de Concordia ou si vous contribuez à un cours du département, vous pouvez également étudier le Protocole d’Éthique du Département d’Histoire.

Comme c’est également le cas ailleurs dans le monde, l’éthique en recherche universitaire part du principe que les chercheurs et les sujets humains appartiennent à deux groupes de personnes distincts qui occupent des espaces différents. Les interactions entre ces deux groupes peuvent donc être anticipées et régulées en conséquence. L’éthique universitaire suppose également que le professeur a le contrôle, qu’il « possède » le processus de recherche et les produits de ce processus. Toutefois, une véritable collaboration entre communauté et université remet en cause ces hypothèses. De plus en plus, l'entrevue s’insère dans un continuum plus vaste entre recherche et recherche-création.  

Ce texte se concentre sur l'entrevue, néanmoins les enjeux évoqués s’appliquent également à d’autres méthodologies, pratiques artistiques et espaces de narration. Une réflexion sur la réalisation, dans ces espaces, du consentement éclairé, de l’atténuation des préjudices, du partage de l’autorité, de la confidentialité, des droits d’auteur et du droit de rétractation, devrait donc être menée au préalable. 

 Quelques articles et ouvrages d’intérêt

  • Yow, Valerie. “Ethics and Interpersonal Relationships in Oral History Research.” Oral History Review 22, 1 (1995): 51-66.
  • Schaffer, Kay, and Sidonie Smith.“Venues of Storytelling: The Circulation of Testimony in Human Rights Campaigns.” Life Writing 1, 2 (2004): 3-26.
  • Salverson, Julie. “Change on Whose Terms? Testimony and an Erotics of Injury.” Theater 31, no. 3 (2001): 119-25.
  • High, Steven. “Telling Stories: A Reflection on Oral History and New Media,” Oral History 38 (Spring 2010), 101-112. [or Sharing Stories, chapter 7 in Oral History at the Crossroads]
  • Holcombe, Sarah. “The Arrogance of Ethnography: Managing Anthropological Research Knowledge.” Australian Aboriginal Studies 2 (November 2010), 22-32.
  • Tillmann-Healy, Lisa M. “Friendship as Method.” Qualitative Inquiry 9, 5 (2003): 729-49.
  • Wong, Alan. “Conversations for the Real World: Shared Authority, Self-Reflexivity, and Process in the Oral History Interview,” Journal of Canadian Studies 43, 1 (Hiver 2009), 239- .
  • Mauthner, Natasha S., and Andrea Doucet. “‘Knowledge Once Divided Can Be Hard to Put Together Again’: An Epistemological Critique of Collaborative and Team-Based Research Practices.” Sociology 42, 5 (2008): 971-85.
  • Stacey Zembrzycki, “Sharing Authority with Baba,” Journal of Canadian Studies 43, 1 (Hiver 2009), 219-238.
  • Rouverol, Alecia. “Collaborative Oral History in a Correctional Setting: Promise and Pitfalls.” Oral History Review 30, 1 (2003): 61-85.
  • Bishop, Libby. “Ethical Sharing and Reuse of Qualitative Data,” Australian Journal of Social Issues 44, 3 (2009);
  • Christen, Kimberly. “Access and Accountability: The Ecology of Information Sharing in the Digital Age,” Anthropology News (April 2009),
  • Christen, Kimberly. “Does Information Really Want to Be Free? Indigenous Knowledge Systems and the Question of Openness,” International Journal of Communication 6 (2012),
  • Salverson, Julie. “Anxiety and Contact in Attending to a Play About Land Mines,” in Popular Political Theatre and Performance: Critical Perspectives in Canadian Theatre in English, Vol. 17, ed. Julie Salverson. Toronto: Playwrights Canada Press, 2010.
  • Henry Greenspan and Sidney Bolkosky, “When is an Interview an Interview?  Notes from Listening to Holocaust Survivors,” Poetics Today 27, 2 (Summer 2006), 431-449.
  • Jessee, Erin. “The Limits of Oral History: Ethics and Methodology amid Highly Politicized Research Settings.” Oral History Review 38, 2 (2011): 287-307.
  • Sheftel, Anna, and Stacey Zembrzycki, “Only Human: A Reflection on the Ethical and Methodological Challenges of Working with ‘Difficult’ Stories.” Oral History Review 37, 2 (2010): 191-214.
  • Parr, Joy. “‘Don't Speak For Me’: Practicing Oral History amidst the Legacies of Conflict.” Journal of the Canadian Historical Association 21, 1 (2010): 1-11.
  • Blee, Kathleen. “Evidence, Empathy and Ethics: Lessons from Oral Histories with the Klan.” Journal of American History 80, 2 (1993): 441-69.
  • Life Stories of Montrealers Displaced by War Genocide and Other Human Rights Violations” Community-University Research Alliance (“Montreal Life Stories” project based at COHDS, 2007-2012) Training Manual, September 2010 version. (See attachment )
  • SAJNANI, Nisha. 2011. “Coming into Presence: Discovering the Ethics and Aesthetics of Performing Oral Histories within the Montreal Life Stories Project”. alt.theatre: cultural diversity and the stage, Vol. 9.1 (septembre 2011), p. 40-49.

Vous trouverez ci-dessous des exemples de formulaires de consentement et de guides d'entrevue provenant de divers projets basés au CHORN.


 

Concordia University